Olivier Gelpe fait philosopher le corps

Par Nikola B

LA RUMEUR DIT QU’ILS VIENNENT DE LOIN POUR SUIVRE SON ENSEIGNEMENT. Certains loueraient même un pied-à-terre à Bourg-en-Bresse le temps d’un stage. Une rumeur… qui contrairement à la sardine qui aurait, un jour, bouché le port de Marseille n’a rien d’une galéjade. Olivier Gelpe est réellement un maître de Taï-Chi et de Qi Gong réputé en France. Spécialiste du style du serpent, il dispense un enseignement qui fusionne pratique du corps et philosophie.

Olivier 2

Alors que certains écrivent, peignent ou chantent, Olivier Gelpe a lui choisi le corps pour s’exprimer. Et ce depuis tout petit, puisque c’est à six ans, dans les Landes, qu’il s’initie à la danse. Ses parents font partis d’un groupe de danseurs folkloriques et à leurs côtés, il goûte aux joies des fêtes landaises et des défilés très conviviaux.

Ce qui n’était alors qu’un plaisir devient vite une passion. Quelques années plus tard à Bordeaux… « Je me souviens que je demandais sans cesse à mes parents de m’inscrire à des cours de danse ». À l’âge de douze ans, il débute le classique et rentre à 15 ans au corps de ballet du théâtre. Stagiaire pendant deux ans et danseur la troisième année : « J’ai très vite compris que pour évoluer il fallait que je parte. J’ai fait le ballet de Lyon, l’école de Maurice Béjart à Bruxelles, Paris, New York, Tokyo. Tout cela à travers différents styles de danses et notamment de danses contemporaines » brosse-t-il d’une phrase, presque comme si cela ne comptait pour rien. Olivier Gelpe est comme ça, il peut vous apprendre la figure du paon, mais n’aime pas trop se pavaner quand il s’agit de lui.

oli

« On a eu besoin d’arrêter le spectaculaire »

Dans les années quatre-vingt, il est à Paris. À l’époque, la danse contemporaine française est florissante. Lui, est passionné : « C’est là qu’on se croise avec Christine Burgos (sa femme). Elle avait sa compagnie et moi, j’étais dans ma compagnie. On enseignait, on dansait… On se donnait corps et âme et sang et eau pour la danse ». Mais, s’ils se connaissent, se fréquentent, ce n’est qu’en 1993 que Christine et Olivier se mettent vraiment ensemble. Ils vivent alors à Rennes, mais pensent sérieusement venir s’installer à Bourg-en-Bresse. Quelques années plus tôt, Christine Burgos avait fait l’acquisition du Studio des Quatre vents, rue Prosper-Neyraud. « Le studio était loué à un plasticien breton » raconte Olivier. « On est revenu chez nous et lui est reparti en Bretagne ».

Dans la cité burgienne, Christine et Olivier font vivre leur passion pour la danse. Pendant dix ans, le Studio accueille un festival, « Les Quatre vents de septembre ». « On accueillait quatre propositions d’artistes qui prenaient le temps de s’installer et de les présenter. Cela a duré jusqu’en 2006 » poursuit le Landais d’origine. Mais la flamme s’amenuise : « A un moment donné, on a eu besoin d’arrêter le spectaculaire. Ce qui nous préoccupait devenait de plus en plus difficile à faire passer dans une forme publique spectaculaire. » « Dans la danse, reprend-il, on se posait des questions de société. On était dans des démarches engagées à travers la forme artistique. On sous tendait la question de la conscience du citoyen. Dès les années quatre-vingt-dix, pour nous, la danse et y compris dans sa forme contemporaine est redevenue classique. »

Capturejj

Il faut savoir qu’à ce moment, Olivier était déjà dans les pratiques d’arts martiaux : « J’avais démarré le Tai-Chi en 1980 et le Qi Gong en 1995. Une amie donnait des cours à Paris. Par amitié pour cette personne, je suis allé voir et ça m’a plu. J’étais très féru de culture orientale et je suis rentré dedans par l’aspect philosophique. » Dans les années quatre-vingt, le Tai-Chi n’avait pas la même cote qu’aujourd’hui en France. Seule une poignée d’initiés pratiquait : « On était loin de l’art martial. C’était plus une pratique du corps philosophique ou si vous voulez, une expérience par le corps de la philosophie ».

Capturen

« Pas de séparation entre le corps et l’esprit »

La relation corps-esprit, encore et toujours… De la danse aux arts martiaux internes, Olivier Gelpe chemine en cohérence : « De regarder la vie avec les perceptions du corps, c’est un autre chemin de connaissance. Quand on a commencé ses pratiques, il y avait une perception du corps qu’on ne connaissait pas dans la danse et qui allait beaucoup plus loin dans la compréhension de son fonctionnement. Dans l’histoire de l’Asie et de la Chine, il n’y a pas eu de séparation entre le corps et l’esprit… »

Comme pour la danse, Olivier lie très vite pratique et transmission. « Au départ, tu prends des cours, tu fais des stages. Ensuite, tu deviens assistant de ton professeur et après, tu croises des gens qui te demandent si tu ne veux pas enseigner ». Comme une évidence, le Studio des Quatre vents devient le temple des arts martiaux internes, Tai-Chi et Qi Gong. Le bouche-à-oreille, la mode du bien-être, le besoin de ralentir… Beaucoup de personnes franchissent aujourd’hui les portes du Studio. Parfois sans connaître Olivier et souvent parce que c’est Olivier. Son enseignement est différent. Il sort de la pratique de l’exercice physique classique. Il vous emmène plus loin. « Beaucoup de personnes ne s’intéressent qu’à l’esthétique de l’art martial mais ne comprennent rien des traditions… Nous, on la respecte. On la connaît très bien mais on prend aussi de plus en plus de liberté avec les dogmes chinois. Les dogmes encombrent… »

Sens du geste, discours synthétique, imagé, économie de la complexité, Olivier s’applique à placer ses élèves dans le ressenti du geste : « De temps en temps, je montre une ou deux applications, parce que j’ai pratiqué avec des gens qui ont été dans le combat. Le Tai-Chi avant d’être une sagesse, c’est une technique de tueur. Sauf qu’elle est tellement efficace que l’on peut comprendre à travers elle des choses de la vie. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s